Derniers posts

Posts populaires

Je découvre le pouvoir du présent

Je découvre le pouvoir du présent

Vous pouvez dès maintenant vous abonner au podcast Bulle de Bonheur sur Itunes et laisser votre commentaire ! Inscrivez-vous à notre newsletter pour être notifié des prochains épisodes, recevoir chaque mois gratuitement 2 cartes de jeux 2 minutes, être au courant de nos actus, découvrir nos astuces…

Les études qui ont été réalisées pour comprendre pourquoi certaines personnes avaient une réelle propension à être heureuse, positive et entreprenante ont montré que ces personnes vivaient principalement dans le présent. 

Quel est donc le rôle du présent sur notre bonheur ? 

Pour répondre, nous avons choisi de vous partager l’avis d’Eckart Tolle, écrivain et conférencier canadien. Dans son livre, “le pouvoir du moment présent”, il explique que le présent permet de prendre de la distance avec notre mental. Or notre mental est très souvent responsable de nos problèmes et de nos douleurs car il nous emmène sans cesse dans le passé et dans l’avenir ; il est cette voix intérieure continuelle qui “passe les commentaires, fait des spéculations, émet des jugements, compare, aime, n’aime pas et ainsi de suite”. 

Pour bien fonctionner, le mental a besoin du temps. Il a donc besoin du passé et du futur, et cherche de ce fait à nier le moment présent sur lequel il n’a aucun contrôle.

Sachant que notre mental est en grande partie responsable de notre souffrance, n’est-ce pas une raison suffisante pour lui donner moins de prise et savourer l’instant présent ? 

Attention cependant ! Ne pensons pas que nous devons nous débarrasser de notre mental. Nous en avons évidemment besoin et il fait partie intégrante de nous, mais il s’avère que souvent nous l’utilisons mal et que notre mental devient nocif au lieu de nous être utile - il prend facilement le pouvoir et se sert de nous, alors que nous devrions nous servir de lui !

Et si nous faisions du “maintenant, notre lieu de résidence principale”? 

Cette proposition d’Eckart Tolle nous invite à faire de “brèves visites au passé et au futur” pour gérer certains aspects de notre vie, mais à donner beaucoup plus de place au moment présent, c’est à dire à dire “oui” à la vie qui est.

Etre dans l’instant présent, c’est savoir accueillir ce qui vient sans laisser la place à notre mental, c’est donc accueillir ce qui est, sans jugement, sans analyse, sans s'y identifier. 

Pour cela, Eckart Tolle suggère de se faire le propre observateur de ce que nous vivons et ressentons ... observer, juste observer (sinon le mental reprend le pouvoir !), comme si nous étions un oiseau qui observe du haut du ciel la situation ou encore une caméra qui filme la scène.

Prenons l’exemple de la colère. Si nous laissons notre mental agir, nous allons avoir des pensées de colère et allons commencer à ruminer ce qu’on nous a fait et ce que nous pourrions faire en retour ; cela peut même nous emmener à imaginer des scénarios de vengeance assez diaboliques ; nous sommes en fait devenus colère, incapables de dissocier notre moi du corps qui souffre. 

Vivre l’instant présent consiste à accepter cette colère qui est là mais sans la transformer en pensée, c’est à dire sans la juger, la contrôler ou l’analyser. Nous devons seulement nous faire le témoin de ce qui se passe en nous et avoir conscience de cette séparation entre l’observateur et la souffrance émotionnelle. 

Selon Eckart Tolle, cette expérience de vigilance à être présent à ce qui est et à ce que nous ressentons, sans nous laisser envahir, est un moyen puissant pour éviter que la souffrance nous domine.

Il est bon pour lui de prendre l’habitude de suivre de près notre état mental et émotionnel car la réalité est avant tout intérieure : “suis-je à l’aise en ce moment ?” “Qu’est-ce qui se passe en moi à cet instant précis ?” “Qu’est-ce que je ressens” ?

Dire oui à ce qui est, signifie donc dire oui aussi à ce qui est difficile. 

Il est certain que le présent peut être désagréable, inacceptable, voire insupportable, et que se désidentifier de notre souffrance rencontrera au départ de nombreuses résistances internes. Vous pouvez compter sur votre égo pour se rebeller et réagir puisqu’il va se sentir menacé (dans le présent, il perd son pouvoir lui aussi) ! Mais selon Eckart Tolle, si notre présent est intolérable, nous avons 3 possibilités : nous retirer de la situation, la changer ou l’accepter totalement (avec ses conséquences). Nous abordons là cependant d’autres sujets, celui du choix et celui du changement notamment (Bulle de Bonheur #3).

Comment être dans l’instant présent ?

Se débarasser du temps 

Pour Eckart Tolle, l’essentiel est d’éliminer le temps du mental, ce mental qui oscille sans cesse entre la mémoire (passé) et l’anticipation (futur). Ces voyages dans le temps sont en effet source de préoccupations et consommateurs d’énergie inutile, et ils nous empêchent de profiter du moment présent.

Le temps dont nous parlons ici est le “temps psychologique” et non le “temps horloge” comme les différencie Eckart Tolle. Prendre des rendez-vous, anticiper un voyage, établir des actions concrètes pour réaliser un projet ou encore tirer les conséquences d’une erreur du passé font partie de ce temps horloge - en revanche, ressasser une erreur, se plaindre d’un manque, s’angoisser d’un risque de maladie appartiennent au temps psychologique dont nous avons besoin de nous départir pour être plus heureux ; dans ce temps, il n’y a pas d’actions concrètes, le présent est donc vide.

Il va sans dire que cette capacité à se détacher du temps est exigeante, d’autant qu’il y a de fortes chances qu’au moment même où vous lisez ces lignes, vous mettiez à nouveau votre mental en fonction en vous disant : mais comment ne pas prendre en compte le passé puisqu’il définit qui je suis et le futur car il m’aide à déterminer mes objectifs ? 

Le fait est que justement notre mental ne peut pas comprendre cela ! Et si vous y pensez bien, tout ce qui s’est passé et tout ce qui se produira l’a toujours été ou le sera toujours DANS l’instant présent ! 

En fait, vivre dans le présent suppose un état de pleine conscience comme le sont par exemple ceux qui font des sports dangereux : lors d’une course de formule 1 ou de l’ascension d’une voie d’escalade très escarpée, les sportifs ne sont pas dans le passé ni dans le futur mais entièrement à ce qu’ils font dans l’instant ; oublier le moment présent peut leur être fatal.

Si cette première proposition vous paraît trop difficile pour démarrer votre expérience, en voici d’autres qui sont plus simples à mettre en place et dont les bienfaits vous donneront, nous l’espérons, le goût de “faire du maintenant, votre résidence principale” !

Les moments de qualité 

Privilégier, en couple, en famille, du temps ensemble où chacun est en présence de l’autre, c’est à dire dans l’attention ce que chacun fait et vit. 

10 minutes, un quart d’heure suffisent pour se dire ce qui compte à l’instant présent, pour partager, pour se détendre, pour jouer ensemble (aux Jeux 2 minutes par exemple !)

Ces moments enrichissent les relations, rompent la monotonie et permettent de se reconnecter les uns aux autres.

La pleine conscience

Etre dans la pleine conscience de ce que nous vivons, c’est concentrer toute notre attention sur que nous faisons, c’est mettre en éveil tous nos sens et les activer, c’est ouvrir notre champ perceptif à ce qui survient.

Dans notre podcast sur le temps (Bulle de Bonheur #2), nous avions mentionné que les activités de notre quotidien présentaient de multiples occasions de pratiquer la pleine conscience - cette présence de qualité n’est certes pas innée mais elle peut s’apprendre : 

  • Quand nous mangeons : observons la couleur et la forme, la consistance, sentons les différentes odeurs, déterminons les saveurs (salé, sucré, amer …). Soyez certains que vous allez déguster différemment !

  • Quand nous prenons notre douche : sentons l’eau sur chaque partie du corps, écoutons son bruit, regardons là s’écouler, profitons de la caresse du savon sur notre peau, des pieds à la nuque ...

  • Quand nous marchons, concentrons-nous sur nos pas, le déroulé de notre voûte plantaire, les sons, les odeurs, la lumière, la nature ou l’architecture qui nous entoure ...

  • Quand nous sommes avec nos enfants, portons notre attention sur nos mouvements, sur ceux de nos enfants, sur nos échanges verbaux, nos échanges de regards …

  • En nous connectant, non pas à nos écrans (ceux là ont au contraire besoin d’être déconnectés !) mais à la réalité que nous sommes en train de vivre. Dans un premier temps, si cela semble difficile, passez en revue vos 5 sens et entraînez-vous à y accoler au moins un adjectif. La réalité sensible est d’une richesse et d’une variété inouïe, et vous verrez qu’un même événement (par exemple le métro tous les matins) vous paraîtra beaucoup moins monotone et répétitif que vous ne le pensez ! 

  • En étant conscient «de la présence silencieuse de chaque objet, de l’espace qui permet à chaque chose d’être ».

  • En pratiquant un exercice tout simple, qui aide à s’ancrer dans l’instant présent : prendre conscience de sa respiration - écoutons là, sans jugement ni pensée : est-elle courte, profonde, abdominale, thoracique, lente, rapide … ?  Sentons l’air qui rentre et qui sort et observons le circuit qu’il emprunte (nez ou bouche, gorge, …). Un excellent exercice aussi pour favoriser la concentration.

  • En centrant notre attention sur le “faire” (présent) plutôt que sur le résultat (futur), ce qui nous rappelle ce que nous avions dit à propos du lâcher prise (Bulle de Bonheur #21).

Il existe bien entendu d’autres moyens de profiter du moment présent, comme la méditation, le questionnement des maîtres Zen (que me manque-t-il maintenant ? Ai-je un problème en ce moment même où je suis en train de lire ce blog ?) ou d’autres voies que vous expérimentez déjà (pensez à nous les partager !) ou que vous trouverez.

Bienfaits

Profiter du pouvoir moment présent, c’est gagner en sérénité et en paix.

Comment savoir que nous sommes bien dans le moment présent  ? Pour Eckhart Tolle, la preuve réside dans le faire de ressentir la joie, l’aisance et la légèreté dans ce que nous faisons. Si nous ne sentons pas ces effets, nous sommes aux prises avec notre mental. 

Le présent procure également de l’énergie, énergie qui rend plus entreprenant. 

Etre pleinement dans le présent permet de développer sans acuité sensorielle, et de voir plus facilement la beauté du monde.

Cela confère aussi un sentiment de liberté.

En bref 

Savourer l’instant présent, c’est être pleinement conscient de chaque jour, de chaque heure, de chaque minute de notre vie, pour les vivre pleinement et saisir les opportunités de profiter de la vie.

C’est adopter un “esprit de débutant” ou retrouver “son âme d’enfant”, sans a priori ni attentes précises, juste ouvert au monde. 

Profiter du moment présent apporte énergie, joie et paix.

Allez hop, je me lance !

2mn pour choisir un exercice pour expérimenter le pouvoir du moment présent : respiration, alimentation, temps avec un proche, observation, 1 jeu 2 minutes … vous avez l’embarras du choix !

Laisser un commentaire

Se connecter pour poster des commentaire

Accompagnement Jeux2minutes

Besoin d’un accompagnement ?  Contactez nous !

TOP